Votre investissement locatif

Le Monde de l’Investisseur

LOGEMENTS NEUFS EN CONSTRUCTIONS EN 2017

Dans le cas des prêts bancaires à l’accession, la part de la production à 25 ans et plus s’est ainsi établie à :

La loi Pinel

La loi Pinel est une disposition du code général des impôts français introduite par la loi de finances 2015 qui offre la possibilité de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu à l’occasion d’un investissement locatif si l’investisseur s’engage à louer le logement nu en tant que résidence principale pour une durée minimale de 6 ans. 

Un avantage fiscal sûr et rentable

Vous investissez dans un bien neuf comme une maison ou un appartement, dans une grande ville. Votre bien est loué pendant 6, 9 ou 12 ans. L’Etat vous rembourse jusqu’à 21% du prix du bien immobilier soit jusqu’à 63 000€ de réduction d’impôt. Vous ne payez que 29% de la valeur du bien tandis que le reste est pris en charge par l’Etat sous forme de réduction d’impôt et le locataire sous forme de loyers à hauteur de 50%.

Où investir en loi Pinel ?

Pour répondre à la conjoncture du marché et s’adapter aux fluctuations des prix et revenus des habitants, le gouvernement a déterminé des zones géographiques éligibles. Pour chacune d’elle est établi un plafond de loyer et de ressources de locataires. 

La loi Pinel, pour qui ?

Tous les contribuables français résidant en France et payant leur impôt en France peuvent bénéficier des dispositions de la loi Pinel pour réduire leur imposition. Le cas des expatriés n’est pas encore tranché par le gouvernement pour cette nouvelle loi. 

Investir en loi Pinel : quel intérêt ?

La loi Pinel est un dispositif d’incitation à l’investissement locatif. L’État octroie à l’investisseur de nombreux avantages en contrepartie de l’achat et de la mise en location d’un bien immobilier. Le plus important est la réduction fiscale, proportionnelle à la durée locative. 

Quel logement éligible à la loi Pinel

Le logement doit remplir certains critères. Il doit être neuf ou en état futur d’achèvement, ne pas être meublé, être loué comme résidence principale pour le locataire, être labellisé RT2012 ou BBC2005 et bien évidement être situé dans l’une des zones Pinel éligibles.

Quelques points de vigilance à garder à l’esprit

Les conditions générales et particulières figurant sur votre offre de crédit immobilier mentionneront notamment :

  • le taux de base effectif global contracté
  • la nature du taux de base : fixe, variable (cape éventuel)
  • les conditions de remboursement anticipé (total et/ou partiel)
  • les conditions éventuelles de variabilité des mensualités de remboursement (allongement/diminution de la mensualité/durée)
  • la nature de la garantie apportée : personnelle (nantissement, etc), notariée (hypothèque ou privilège de prêteur de deniers – PPD) et/ou solidaire (type Crédit Logement).

En 2017, moins de 1 prêt pour 1.000 est souscrit à taux variable dans l’hexagone contre environ 6 % en 2013 et plus de 20 % en 2004, avant la crise des subprimes.

Les candidats à l’acquisition peuvent également profiter de types de prêt adaptés à leur situation.

Les prêt à taux zéro – PTZ

Accordé sous conditions de ressources, le PTZ est un dispositif destiné à aider les primo-accédants à financer leur résidence principale à un taux nominal de 0 % sur une durée maximum de 25 ans.

Au-delà du taux, son autre atout réside dans la possibilité de bénéficier d’un différé de remboursement de 5 à 15 ans.

Les acquéreurs Parisiens peuvent également solliciter le prêt Paris Logement 0 % – PPL 0 %, cumulable avec le PTZ « national » selon des conditions similaires jusqu’à un montant de 39.600 €.

Le prêt-relais

Encore moins connu, le prêt relais est un type d’emprunt adapté aux cas d’achat-revente.

Indiqué pour financer par anticipation un bien en attente de la vente d’un autre sous un délai maximal de 1 à 2 ans, il permet notamment de ne pas se séparer d’une épargne peu liquide alors qu’on dispose d’un patrimoine foncier préexistant.

L’assurance emprunteur, des conditions à ne pas négliger

Souvent négligée, l’assurance emprunteur a pourtant vu ses modalités contractuelles régulièrement assouplies, permettant désormais à l’assuré de mettre en concurrence les différents assureurs.

L’emprunteur est notamment libre, depuis la loi Lagarde de septembre 2010, d’opter pour une autre couverture que celle (dite « groupe ») généralement proposée par l’établissement financier, pour peu que ce dernier l’accepte

Il s’agit donc d’un point de négociation important si l’emprunteur bénéficie de garanties équivalentes à moindre prix à l’extérieur.

De plus, l’emprunteur bénéficiera de la possibilité de résilier l’assurance liée à son emprunt annuellement à compter du 1er janvier 2018 pour tout contrat signé depuis le 1er mars 2017 à chaque date anniversaire.

 

 

 

 

Comparez votre besoin
en quelques clics !

COMPAREZ

toutes nos offres

SÉLECTIONNEZ

le contrat le plus adapté

ACCOMPAGNEZ

par nos experts

 

DEVIS 100% gratuit
Nous CONTACTER

PARRAINAGE